21. Origine des connaissances sexuelles - Internet

Publié le par jidejeando

Internet

 

Aucune enquête à ce jour n’a été réalisée sur l’utilisation d’Internet par les adolescents comme source d’information sur la sexualité. Nous nous trouvons donc sur un terrain d’investigation totalement vierge. Pourtant, à la lecture des milliers de blogs, de posts et de sondages éparpillés sur les sites qui s’adressent aux adolescents, il apparaît évident que ce moyen de communication est devenu si ce n’est la première source d’information des ados sur le plan de la sexualité, tout du moins la plus riche, la plus féconde et surtout la plus proche de leurs préoccupations. Mais Internet ne constitue pas un système homogène, particulièrement dans ce domaine. On y trouve de tout, du meilleur et du pire, du plus sérieux au plus contestable. On peut donc légitimement craindre qu’un jeune garçon ne puisse aisément séparer le vrai du faux, le sain du dangereux. Le risque est incontestable, mais tempéré justement par l’immensité des ressources fournies par la Toile, dont les informations peuvent ainsi être confrontées les unes aux autres. Dans le domaine du sexe, trois catégories de sites sont habituellement consultées par les ados, dans des proportions et à des rythmes variables :

 

  1. Les sites pornographiques. Comme nous le verrons dans un prochain chapitre, la quasi totalité des garçons disposant d’un accès privé à Internet regardent des photos ou des vidéos pornos sur Internet, à des cadences certainement très différentes. Un Parisien de 17 ans émet le constat suivant :

 

• Cherchez pas, la génération d’aujourd’hui fait son éducation sexuelle en regardant des films X et en allant sur des sites porno (SE, 17 ans, France, Paris)

 

Cette opinion ne semble pas partagée par tous, puisqu’un Suisse de 16 ans la conteste ainsi :

 

• Ah les sites de cul c’est pas de l'éducation sexuelle. Les films porno encore moins. Essaye d'apprendre par toi-même ou demande à des gens expérimentés. Les films pornos t'apprennent que des conneries (SE, 16 ans, Suisse, Bulle)

 

Le débat reste ouvert et offre d’ailleurs peu d’intérêt. Sur ces films pornos, les jeunes découvrent essentiellement des anatomies et des techniques érotiques que certes ni leurs parents ni leurs professeurs leur ont présentées, mais dont la crudité et la déconnection de tout contexte sentimental ou amoureux peuvent fausser l’image qu’ils se font des filles et de la sexualité. Nous aurons l’occasion d’en reparler dans un prochain chapitre.

 

  1. Les sites scientifiques et pédagogiques spécialisés. Dans toutes les langues, des sites se sont spécialisés dans l’information et le conseil dans le domaine de la sexualité. Ils sont souvent gérés par des institutions publiques ou médicales, qui proposent aussi bien des renseignements scientifiques que des conseils personnalisés à leurs visiteurs. De tels sites s’adressent le plus souvent indifféremment aux majeurs et aux mineurs. La liste des plus sérieux et des plus populaires d’entre eux est fournie en annexe de cet ouvrage. Le plus apprécié des ados anglo-saxons est Jackinworld[1], qui reçoit des milliers de visites par jour, qui se présente comme « la meilleure source d’information sur la masturbation masculine », et propose des nouvelles, des forums, des articles, des témoignages et des sondages régulièrement mis à jour.

 

  1. Les sites pour adolescents qui permettent à ceux-ci de s’exprimer et de poser des questions sans tabou, sans gêne et de manière anonyme sur leur corps, la puberté, les filles, l’amour et la sexualité. J’en ai présenté plusieurs en introduction à cet ouvrage ; une liste beaucoup plus complète est fournie en Annexes. De tels sites reflètent généralement la culture et la législation des pays où ils sont installés.

 

En début de chapitre, j’ai fait référence aux réponses des adolescents sur leurs connaissances en matière de sexualité, fourni les résultats de quelques sondages sur ce thème et montré que dans l’ensemble les jeunes s’estimaient assez bien informés dans ce domaine. S’agissant des connaissances fondamentales comme l’anatomie de l’homme et de la femme, la fécondation, les maladies sexuellement transmissibles ou l’art et la manière de faire des enfants, il semble en effet que celles-ci aient été acquises, principalement pendant les cours d’éducation sexuelle. Grosso modo, on peut donc admettre que la théorie est connue. Reste la pratique ! Aussi bien à l’école qu’à travers les conversations avec les parents ou les copains, le registre des sujets abordé demeure souvent limité et superficiel. Or les garçons qui sont confrontés quotidiennement aux bouleversements physiques et psychiques de leur transformation pubertaire ressentent une sorte de décalage entre le niveau de leurs connaissances et celui des questions très précises qu’ils continuent de se poser au quotidien. Aussi, pour ceux qui disposent d’un accès libre à Internet, le recours aux sites spécialisés, que ce soit des sites médicaux ou des forums d’adolescents, constitue une planche de salut d’autant plus salvatrice qu’elle est anonyme et pluraliste. Sur le site américain Govteen, le sondage suivant fut lancé : « Quels sont les deux meilleurs moyens de trouver des informations sur la sexualité ? ». Le tableau suivant ventile les réponses des garçons :

 

Graphique 21

 

Incontestablement, Internet constitue la source la plus fréquemment utilisée par les ados pour trouver des informations sur la sexualité. Les trois avantages principaux de cette source sont l’anonymat qu’elle permet de préserver, la pluralité des données et surtout la possibilité unique qu’elle offre de rentrer en contact aussi bien avec des jeunes qu’avec des adultes, avec des garçons qu’avec des filles, notamment à travers les forums.

 


Publié dans Sexualité des ados

Commenter cet article