20. Origine des connaissances sexuelles - L'école (suite)

Publié le par jidejeando

Comme le notent fréquemment les élèves, les cours d’éducation sexuelle interviennent généralement trop tard et se contentent le plus souvent de délivrer une leçon d’anatomie doublée d’un message de mise en garde contre les conséquences des relations sexuelles précoces. La société donne ainsi l’impression de vouloir plus se protéger que fournir aux adolescents des réponses précises aux questions qu’ils se posent. Faut-il pour autant qu’elle traite cette matière d’une manière plus exhaustive et pointue ? Rien n’est moins sûr. Ainsi les réponses des garçons à la question « Est-ce que l’on doit enseigner la masturbation à l’école ? », topic lancé sur le site américain Govteen, sont très partagées, comme l’illustrent le graphique 20 et les quelques réponses sélectionnées.

 

Graphique 20

 

• Je pense que oui, parce que ça empêcherait les gens de penser que la masturbation est inhabituelle ; mais ça ne se passera jamais dans les écoles, surtout les écoles catholiques et autres (GT, 13 ans)

 

• Je suis désolé, mais je ne pense pas que la masturbation doive être enseignée à l’école, j’ai mes raisons. Le sexe est une chose, mais la masturbation est plus quelque chose pour vous faire plaisir, vous savez. (GT, 15 ans, USA, Californie)

 

• Je pense que oui. La masturbation n’est pas un mal. (GT, 13 ans, USA, Arizona)

 

• Merde non, sûrement pas. C’est quelque chose de personnel que tu dois découvrir toi-même. (GT, 16 ans)

 

• Je pense qu’ils devraient l’expliquer plutôt que de laisser les gens aussi ignorants. Je vais à l’école secondaire et il y a plein de gamins qui pensent que la masturbation est un terme de mathématiques. Non, sérieusement, ils sont vraiment ignorants et je ne vois pas pourquoi on ne devrait pas leur apprendre. Oh, et une autre chose que je ne comprends pas : pourquoi les parents essayent de préserver les enfants du sexe et de la masturbation et de tout le reste ? On découvrira bien tout ça un jour ou l’autre donc pourquoi ils ne nous le disent pas. (GT, 15 ans)

 

• Je pense que oui. Ca aiderait les enfants à mieux se connaître et ça effacerait tous les doutes qu’ils peuvent avoir dans leur tête  concernant leur corps. Je pense qu’il devrait y avoir des « séances de masturbation » où, pendant un moment, tout le monde s’allongerait avec un magazine cochon et se masturberait. Bien sûr, je pense que beaucoup de parents n’approuveraient pas les magazines cochons. (GT, 13 ans)

 

Une question très proche mais peut-être moins sérieuse fut posée par un Australien de 14 ans : « En cours d’éducation sexuelle, on nous a appris les ‘changements’ qui allaient se passer en nous. Ils ont même dit que la masturbation était normale. Maintenant, est-ce que ça se passe seulement dans les écoles australiennes, mais s’ils disent que c’est normal de le faire, pourquoi ils ne nous disent pas comment faire ? (…) Peut-être ils nous l’ont dit, mais je devais absent. C’est illégal ou quoi ? ». Il reçut des réponses sur le même registre, parmi lesquelles :

 

• Ce serait vraiment un cours marrant. Le professeur dirait : Tout le monde baisse son pantalon, se saisit de son pénis et fait ce que je fais ! Ce serait illégal. (GT, 16 ans)

 

• NON. Il doit seulement nous dire quoi faire. Par exemple : première étape, faites ça. Etc. Il doit nous dire seulement, sans démonstration. Mais ce serait vraiment un cours intéressant. (GT, 14 ans, Australie)

 

• Lol. Tu veux dire qu’un prof prendrait une banane et la secouerait devant toute la classe ? Ces temps-ci les écoles ont tout juste la possibilité de dire quelle est la différence entre un garçon et une fille. Mais je dois reconnaître que ce serait un cours très intéressant. J’imagine que les toilettes des garçons après ce cours seraient très encombrées. (GT, 16 ans, USA, Virginie)

 

• D’abord, et d’un, c’est une chose personnelle et je n’aimerais pas trop qu’un prof de 45 balais me dise comment me branler. Et de deux, de la manière dont va le monde actuellement, il se pourrait bien que des pervers à l’école essayent de vous approcher pour vous donner un coup de main pour vous masturber. (GT, 16 ans, USA, Philadelphie)

 

• Pense à ce que les parents diraient. En plus de ça, tout le monde n’a pas le droit de se masturber. C’est interdit dans certains foyers et par les religions. C’est dur à expliquer mais que diable le cours d’éducation sexuelle n’a plus aucun sens maintenant parce que tout le monde est trop coincé sur ce sujet. (GT, 15 ans)

 

Cette idée de proposer aux écoles d’enseigner la masturbation aux élèves ne semble pas être aussi farfelue qu’on pourrait le croire puisqu’en 1994 le docteur Joycelyn Elders, « Surgeon General » des Etats-Unis (équivalent du Ministre de la santé) recommanda qu’une telle mesure soit imposée dans les cours d’éducation sexuelle dispensés à travers toutes les écoles du pays. Il est vrai que cette proposition souleva une tempête de protestations et entraîna la démission de son auteur.

 

Les jeunes ne remettent pas en cause le principe de l’éducation sexuelle à l’école, bien au contraire. Dans un sondage réalisé par les administrateurs du site français SortirEnsemble en direction de leurs membres, 80% d’entre eux, filles et garçons confondus, revendiquèrent des cours supplémentaires[1]. Car lorsqu’un tel enseignement est prodigué assez tôt, ils en reconnaissent le rôle positif, désinhibant et libérateur, même s’ils lui reprochent de se confiner à des considérations d’ordre biologiques, hygiéniques et morales. Principalement curieux de ce qui se passe dans leur corps et dans leur tête, ils devront donc trouver ailleurs les réponses à leurs soucis et à leurs interrogations personnels. C’est vraisemblablement vers Internet qu’ils se tourneront.

 

 



[1] La question était la suivante : « Y a-t-il suffisamment de cours d’éducation sexuelle au bahut ? ». Au 10 mai 2006, 11673 adolescents avaient répondu.

Publié dans Sexualité des ados

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article